Prise en charge de l’IRC en Poitou-Charentes

 

Le dépistage initial de la maladie est réalisé par le médecin généraliste. Selon le stade, l'évolutivité et le retentissement de la maladie rénale chronique, il adresse le patient en consultation de néphrologie pour une prise en charge spécifique et pour un suivi partagé, en coordination avec les autres spécialistes impliqués dans le parcours de soins.

Un ou plusieurs traitements de suppléance pourront vous être proposés (greffe de rein, transplantation rénale ou dialyse).

 

Dans le cadre de votre parcours de soins, vous pourrez être suivi(e) par différents établissements de santé, lesquels travaillent en partenariat afin de vous assurer une meilleure prise en charge. 

Consultations néphrologiques

Les consultations de néphrologie se font au sein des services de néphrologie des Centres hospitaliers et dans les établissements de santé traitant les insuffisants rénaux par dialyse (AURA Poitou-Charentes et ADA 17).

 

Le choix du traitement est adapté à chaque patient selon un programme de soins personnalisé, qui repose  sur le traitement des maladies causales,  la mise en place de mesures destinées à protéger les reins et le traitement des complications de l’insuffisance rénale chronique.

Traitements de suppléance

 

Lorsque la maladie rénale chronique arrive au stade d’insuffisance rénale dite « terminale », le dysfonctionnement des reins doit être pallié par la dialyse ou la greffe de rein (transplantation rénale). Le choix du traitement se fait en concertation entre l’équipe médicale, le patient et sa famille.

 

La greffe de rein ou transplantation rénale

 

Lorsqu’elle est possible, la greffe est le meilleur traitement de l’insuffisance rénale terminale. Elle consiste à remplacer le rein malade par un rein prélevé sur un donneur décédé ou vivant. Dès lors qu’une greffe est envisagée, le patient réalise un bilan pré-transplantation et est inscrit sur une liste d’attente. La greffe peut avoir lieu avant même que le patient n'ait été dialysé. La greffe permet de retrouver un quotidien quasi normal. Cependant, un traitement immunosuppresseur doit être pris sans interruption pour éviter le rejet du rein transplanté. Un suivi médical régulier est également indispensable.

 

Dans notre région la transplantation a lieu essentiellement au CHU de Poitiers ou, exceptionnellement, dans d’autres centres de transplantation, au choix du patient. Les Centres Hospitaliers de la région participent à l’activité de prélèvement d’organes.

 

La dialyse 

 

A défaut de pouvoir être greffé ou dans l’attente d’une transplantation, le patient est dialysé. Ce traitement permet d’éliminer les toxines qui s’accumulent dans l’organisme et de maintenir l’équilibre de l’eau et de la composition du sang.

 

Il existe deux techniques de dialyse, basées sur les échanges entre le sang du patient et un liquide appelé « dialysat » : l'hémodialyse et la dialyse péritonéale.

Le choix entre ces deux techniques de dialyse s’appuie sur des critères médicaux ainsi que sur des critères personnels (désir d’autonomie, conciliation avec une activité socio-professionnelle, etc.).

Les structures de prise en charge des patients dialysés

Il existe 2 types de structures de prise en charge des patients dialysés : les centres d'hémodialyse et les unités de dialyse. Ces établissements peuvent être privés ou publics.

 

Ils proposent de la dialyse en unité ou à domicile.  

 

Les centres d’hémodialyse

 

En Poitou-Charentes, les centres d’hémodialyse dits « lourds » sont situés dansles centres hospitaliers (CHU de Poitiers, CH de NIORT, CH d’Angoulême, CH de la Rochelle, CH de Saintes).  Ils s’adressent aux patients les plus fragiles dont l’état de santé nécessite la présence permanente d’un médecin néphrologue tout au long de leurs séances de dialyse.

 

Les centres d’hémodialyse assurent également le repli, temporaire ou définitif, des patients dialysés en « hors-centre », dans les unités médicalisées ou d’autodialyse.

 

Les unités de dialyse « hors centre »

 

Les Unités de Dialyse Médicalisée (UDM) et Unités d’Autodialyse (UAD) accueillent en hémodialyse des patientsdont l’état de santé ne nécessite pas une présence médicale continue. Ce sont des unités de proximité qui permettent aux patients d’être pris en charge au plus proche de leur domicile, évitant des transports longs et fatigants.

 

En Poitou-Charentes, seuls l’AURA Poitou-Charentes (Charente, Deux-Sèvres et Vienne) et l’ADA17 (Charente-Maritime) prennent en charge les patients en UAD et UDM.

 

Dans les Unités de Dialyse Médicalisée (UDM), le médecin néphrologue effectue une visite au moins une fois par semaine et est joignable par téléphone en permanence. Un(e) infirmier(e) diplômé(e) d’état, formé(e) à l’hémodialyse, est présent(e) pendant toute la durée des séances de dialyse pour assister les patients.

 

Les Unités d’Autodialyse (UAD) prennent en charge des patients plus autonomes, formés à l’hémodialyse et en mesure d’assurer eux-mêmes les gestes nécessaires à leur traitement avec l’aide d’un(e) infirmier(e) diplômé(e) d’état. Dans ces unités, la visite du néphrologue s’effectue au moins une fois par mois et il est joignable au téléphone en permanence. Un(e) infirmier(e) diplômé(e) d’état, formé(e) à l’hémodialyse, est présent(e) pendant toute la durée des séances de dialyse pour assister les patients.

 

La dialyse à domicile

 

Certains patients dialysent à domicile en hémodialyse ou en dialyse péritonéale.

La dialyse à domicile s’adresse à des patients préalablement formés, en mesure d’assurer couramment tous les gestes nécessaires à leur traitement. Le traitement s’effectue avec l’assistance d’une tierce personne (proche) ou d’un(e) infirmier(e) libéral(e) également formé(e) à la technique.

 

La dialyse à domicile permet d’éviter tout déplacement au patient en dehors des consultations médicales de suivi. Le médecin néphrologue responsable du suivi du patient ou un médecin d’astreinte est joignable à tout moment.

 

Dans la région, l’AURA Poitou-Charentes et l’ADA17 prennent en charge les patients dialysés à domicile. 

Collaboration entre les différentes structures

 

Conformément aux décrets dialyse de 2002, les Centres Hospitaliers ainsi que les établissements de santé travaillent en étroite collaboration afin d’assurer la complémentarité des différents services proposés en amont et aval de la prise en charge en dialyse ainsi qu’une bonne qualité et continuité des soins. Des conventions de coopération ont été signées avec les Centres Hospitaliers référents sur chacun des territoires de santé (Vienne, Deux-Sèvres, Charente) qui assurent par ailleurs le repli des patients si nécessaire.

 

Cette collaboration permet également un accès à la greffe, pour lequel le délai dans la région Poitou-Charentes est l’un des plus courts au niveau national.